MyTree - 03/01/2023

Monnières (Loire-Atlantique) - Plantons pour améliorer le bien-être des moutons

En Loire-Atlantique, une entreprise d’éco-pâturage a récemment enrichi ses parcelles de 690 arbres pour accueillir des moutons et des chèvres.

 

 

Un milieu rural dénaturé par le remembrement

La région Nord-Ouest de la France a particulièrement souffert de l’arrachage des haies à la fin du XXe siècle, même si le département de Loire-Atlantique a conservé ses paysages bocagers. De nombreuses parcelles ont été réunies pour s’adapter à la modernisation de l’agriculture.

Dans une volonté de recréer l’ancien bocage, l’entreprise d’éco-pâturage les Moutons de l’Ouest souhaite planter des haies avec l’objectif d’améliorer le bien-être de son bétail. Cette entreprise élève des moutons et des chèvres de races rustiques (moutons Landes de Bretagne, moutons solognots, chèvres naines, ...) qui pâturent les espaces verts appartenant à des entreprises et des collectivités de la région nantaise.

 

690 arbres pour recréer un paysage bocager

Pour consolider son l’exploitation, l’entreprise vient d’acquérir des parcelles de plus d’un hectare sur d’anciens vignobles. En vue créer des paddocks pour répartir ses troupes de moutons, l’entreprise, assistée de ses partenaires et des particuliers, ont planté en décembre une haie de 700 mètres.

Dans quelques années, les chèvres et les moutons bénéficieront du microclimat créé par ces haies et seront abrité des intempéries toute l’année. De même, la plantation d’arbres offre un lieu de vie ainsi que des habitats variés, adaptés aux nombreuses espèces sauvages.

A l’échelle du paysage, les haies sont de véritables corridors écologiques permettant la circulation des animaux tout en agrandissant leurs habitats. Ce réseau écologique, appelé Trame Verte est donc renforcé par ce type de plantation.

Replanter des haies est un pas vers la restauration des bocages traditionnels. Valeur patrimoniale, le bocage est aussi un élément essentiel aux écosystèmes dans la gestion des sols, de l’eau et la préservation des espèces sauvages.

 

Quentin Noire, fondateur de l’entreprise d’éco-pâturage les Moutons de l’Ouest

 

Des essences locales et diversifiées

Une haie remplira son rôle à condition de choisir les essences de façon pertinente. Les 690 plants d’essences locales sélectionnés sont adaptés au climat et au sol des parcelles. Mis à part l’apport d’ombrage et de brise-vent, chaque essence a des qualités propres. Le fusain d’Europe, le merisier et le noisetier sont des arbustes au potentiel nutritif pour la faune sauvage (surtout les mammifères et les oiseaux).

L’exploitation des Moutons de l’Ouest, souhaite explorer l’alternative du fourrage ligneux pour faire face aux sécheresses. Parmi les essences de qualité fourragère, l’une des meilleures en raison de sa digestibilité et de sa qualité nutritive est le tilleul à grandes feuilles. Celui-ci a été sélectionné pour nourrir les moutons en complément des autres fourrages.

Enfin, en raison du réchauffement climatique, le choix des essences doit se porter sur des arbres, résistant au stress hydrique et aux canicules comme le chêne sessile.

 

Quels sont les services écosystémiques en jeu ?

Pour rappel, les services écosystémiques sont des bénéfices fournis gratuitement par la nature à l’homme. Ce projet agroforestier assurera :

  • Régulation climatique
  • Stockage CO2
  • Accueil de la biodiversité
  • Fourrage ligneux Bien-être des animaux
  • Embellissement du paysage

Ce projet signe le début d’une longue liste d’autres plantations en France, à suivre sur nos réseaux !