MyTree - 23/06/2022

Melle : Plantons pour améliorer le bien-être des bovins et ovins

Dans la ferme pédagogique du lycée agricole de Melle, des alignements d'arbres intra-parcellaire ont été plantés pour améliorer le bien-être des troupeaux et enrichir la biodiversité locale.
 
 

Une exploitation qui met l’arbre au centre de son modèle agricole  

 
Dans les Deux-Sèvres, la ferme de Melle s'inscrit comme un lieu à vocation pédagogique pour des élèves et des étudiants en formation agricole. Elle comporte une exploitation de 165 hectares, conduite intégralement en agriculture biologique, et intégrant plusieurs troupeaux bovins et ovins.
 
« Sur l’exploitation, nous avons à cœur de mener un modèle agricole qui arrive à conjuguer les questions d’élevage, d'aménagement du territoire et de gestion des milieux naturels », insiste Denis BOULANGER, le chef d’exploitation.
 
Dans une réflexion globale de transition écologique, le lycée tient à suivre ce modèle viable économiquement et écologiquement. Dans un  département ayant connu des dégradations du bocage liées à une culture céréalière intensive, l’exploitation s’engage depuis longtemps dans des démarches qui placent l’arbre champêtre au centre du système agricole. Annuellement, elle mène des projets de plantation de haies et d’alignements d'arbres servant de supports pédagogiques aux élèves du lycée.  
 
 

200 arbres plantés en intra-parcellaire

Les élèves du lycée se sont impliqués à chaque étape de la plantation, et ont donné naissance à un écosystème où cohabite le bétail et les arbres sur une parcelle de 8,5 hectares. M. BOULANGER précise d’ailleurs « Nous travaillons à identifier les essences et les écosystèmes favorables au bien-être des animaux, que ce soit bénéfique pour leur santé ou simplement pour leur apporter du fourrage supplémentaire »
 
Au total, 200 châtaigniers composent les haies. Pourquoi cette essence ? Reconnu pour sa rusticité, son bois clair et son esthétisme, le châtaignier est une essence prisée pour les projets de foresterie et d’agroforesterie. A noter que cette essence est résistante à la plupart des ravageurs xylophages (insectes mangeurs de bois).
 
Le châtaignier est particulièrement friand de sol non-calcaire voire acide, avec une exposition ensoleillée, ce qui était le cas de la parcelle. MyTree est attentif à la localité des arbres, c’est pourquoi le châtaignier, en tant que 3ème essence française en termes de surface, est un choix d’excellence. Également choisi pour sa longévité et sa robustesse, saviez-vous qu’un châtaignier peut vivre jusqu’à 500 ans ? Avec son envergure et sa hauteur (près de 30m), le châtaignier répond parfaitement aux exigences de l’agriculteur concernant le bien-être de ses animaux. Ainsi, les feuilles du châtaignier fourniront un espace d’ombrage suffisamment grand pour l’ensemble de son bétail.
 
Les animaux profitent des châtaigniers… et l’Homme aussi ! Car que font les châtaigniers à l’automne ? Ils produisent des fruits, les châtaignes, qui seront récoltés par l’agriculteur ! Et pour cesser la fausse idée très répandue, nous le disons haut et fort : les marrons comestibles sont en fait des fruits du châtaignier ! Le vrai marron est le fruit du marronnier d’Inde. Nous comptons sur vous pour rétablir la vérité à votre prochain dîner de famille.
 
Dans une volonté d’optimiser le bénéfice “bien-être animal”, les arbres ont été plantés selon le principe de l'agroforesterie intra-parcellaire. Pour les novices de l’agroforesterie, la technique dite “intra-percellaire” consiste à planter des rangs d’arbres au sein de la parcelle. L’agroforesterie est particulièrement adaptée pour associer l'élevage et la culture d’arbres fruitiers. Concernant la ferme de Melle, les arbres sont espacés de 10 mètres et plantés en quinconce pour laisser toute la place nécessaire aux plants de se développer.
 
Parce que MyTree met un point d’honneur sur la bonne réalisation de ces projets, les étapes de la plantation ont été appliquées avec précision : travail du sol; piquetage pour indiquer les trous de plantation ; creusage des trous ; mise en terre du plant ; installation du piquet et de la gaine de protection ; ajout du compost et du paillage. Les 200 plants sont enfin prêts à se développer grâce au dur labeur des élèves du lycée agricole.
 
 

Un bien-être animal pour un élevage de qualité

Si enrichir la biodiversité locale est un objectif du projet, le bien-être animal n’en est pas moins important. Dans une dizaine d’années, les châtaigniers permettront d'améliorer le bien-être des bovins et ovins. De nombreuses études ont mis en évidence l’effet bénéfique des arbres sur le bétail. De même que les humains, les animaux apprécient l'ombrage du feuillage qui est un excellent refuge face à l’ensoleillement. L’ombrage combinée à la fraîcheur émanant des arbres crée un microclimat, un îlot de fraîcheur et une sorte de climatiseur naturel. Les arbres sont les bienvenus dans les élevages d’autant plus face au changement climatique. Les vagues de chaleurs plus régulières et plus extrêmes menacent directement les animaux. Planter des arbres ne fera pas reculer les vagues de chaleur mais c’est un moyen d’anticipation et d’adaptation. 
 
Bien évidemment, la chaleur estivale est souvent synonyme de manque d’eau et d’herbe desséchée. Les châtaigniers entrent donc en jeu pour assurer un pâturage de qualité aux troupeaux présents sur la parcelle. En effet, les arbres permettent d’obtenir une surface enherbée plus riche et dense par divers processus. 
 
L’évapotranspiration est l’un d’eux. L’eau s’évaporant des arbres humidifie les parcelles et fait baisser la pression hydrique des herbes. S’ajoute à cela l’effet brise-vent qui réduit considérablement l'assèchement de l’herbe. Dernier avantage et pas des moindre, les racines profondes des châtaigniers offrent un stockage optimal de l’eau en cas de précipitation et remonte l’eau située en profondeur qui sera à disposition de la surface enherbée. Ces 3 effets combinées participent au maintien d’une zone de pâturage en toute saison. 
 
Tous ces bénéfices pour l’élevage s’ajoutent aux autres apports écologiques que l’arbre fournit : limitation de l’érosion, la régulation du cycle de l’eau, l’hébergement de la faune sauvage, … une solution durable pour les éleveurs !

 

Quels sont les services écosystémiques en jeu ?

Pour rappel, les services écosystémiques sont des bénéfices fournis par la nature à l’être humain sans qu’il ne cherche à les produire. On distingue quatres catégories de services. Les services de maintien et de support sont essentiels à la vie, à la formation des sols/continents/océans. Ils régulent les grands cycles et les processus de production primaire. Les services de régulation sont organisés autour de la régulation des cycles (nutriments, climat, qualité de l’eau, recyclage de la matière organique et des nutriments, protection des côtes, contrôle des parasites). Les services d’approvisionnement fournissent des biens et matériaux que l’Homme peut consommer. Enfin, les services culturels représentent l’interaction de l’Homme avec la nature en termes cognitif, récréatif, artistique, patrimonial, etc. 
 
Les services écosystémiques fournis par le projet agroforestier sont :
 
  • Réintroduction de la biodiversité (service de maintien)
  • Bien-être animal (service d’approvisionnement)
  • Esthétisme du paysage (service culturel)
  • Amélioration de la qualité de l’eau (service de régulation)
  • Atténuation des écarts de température (service de régulation)
  • Approvisionnement en bois énergie (service d’approvisionnement)
 
MyTree, conscient des nombreux bénéfices que l’agroforesterie représente pour le bien-être animal, propose chaque année des projets mettant en valeur ce type de plantation. Le projet correspond à l’objectif d’excellence environnementale de la Région. D'autant plus qu'il se développe au sein d'un lieu pédagogique pour offrir aux étudiants en agriculture et aux autres jeunes un exemple respectueux de l'environnement. Et cela, tout en participant au développement du territoire. 
 

Afin de vous immerger pleinement dans ce projet inspirant, nous vous invitons à visionner la vidéo correspondante.